Radiographie de l’arthrose

Critères de diagnostic

Arthrose des membres

Le diagnostic radiographique de l’arthrose repose sur 4 signes qui peuvent être isolés ou associés entre eux :

  • Pincement de l’espace articulaire, localisé et généralement asymétrique. Il traduit essentiellement une diminution de l’épaisseur du cartilage et sa détérioration. Il est nécessaire d’évaluer sa localisation et son étendue.
  • Ostéophytose marginale
  • Ostéocondensation épiphysaire
  • Les géodes épiphysaires ou “à hyperpression” sont de forme ronde ou ovale. On les trouve le plus souvent dans la zone d’ostéocondensation épiphysaire de l’os sous-chondral.

Les deux premiers signes suffisent à confirmer un diagnostic souvent cliniquement suspecté. En cas de pincement sans ostéophytes, le diagnostic peut être plus difficile et nécessiter des examens d’imagerie supplémentaires.

Arthrose rachidienne

La discarthrose se manifeste par un pincement global ou focal du disque intervertébral, une condensation sous-chondrale et une ostéophytose des plateaux vertébraux. L’arthrose zygapophysaire se révèle par une condensation des facettes articulaires, un pincement articulaire sur les clichés de trois quarts, une ostéophytose, un remodelage et une horizontalisation des surfaces articulaires, parfois responsables, avec la dégénérescence discale, d’un spondylolisthésis dégénératif.

Dans la grande majorité des cas, la radiographie standard reste l’outil le plus approprié pour diagnostiquer l’arthrose.

Autres avantages de la radiographie standard

Recherche des facteurs étiologiques de l’arthrose

Les radiographies permettent de rechercher les facteurs étiologiques des arthroses tels que la dysplasie de la hanche, la chondrocalcinose articulaire, les séquelles traumatiques, etc., ainsi que les signes de complications tels que l’ostéochondromatose synoviale secondaire.

O : Ostéophyte – P : Pincement
G : Géode – C : Condensation

Forme majeure d’omarthrose centrée avec pincement omo-huméral stade IV, ostéophyte exubérant du pôle inférieur de la tête humérale et du col de l’omoplate, ostéocondensation et ostéochondromes
CH Lyon Sud – Pr. Vignon, Dr. Conrozier et Dr. Mathieu
Suivi de l’évolution structurelle

Les radiographies standard peuvent également être utilisées pour surveiller les changements structurels, qui constituent l’un des facteurs du pronostic de la maladie arthrosique. Le suivi structurel est effectué par radiographie tous les 18 à 24 mois. L’espace articulaire est mesuré pour évaluer le pincement.

Les poussées inflammatoires itératives de l’arthrose des membres inférieurs peuvent être associées à une chondrolyse rapide. Une surveillance radiologique étroite peut alors s’avérer nécessaire.

En radiographie standard, plusieurs scores peuvent être utilisés pour classer les patients en fonction de la gravité de leur maladie. Ces scores sont principalement utilisés dans la recherche clinique. Le score de Kellgren et Lawrence est le plus utilisé. Il s’agit d’un indice qui prend en compte les ostéophytes et le rétrécissement de l’espace articulaire.
Il comprend 4 classes : arthrose douteuse, minime, certaine et avancée.

Le stade 0 correspond à une radiographie normale et le stade 4 à une disparition complète du cartilage. Ce type de score peut être utilisé pour évaluer la progression de l’arthrose et peut être appliqué à de nombreuses articulations.

Grands principes de la radiographie standard

La radiographie ostéo-articulaire standard repose sur quelques grands principes :

Il faut toujours radiographier les 2 articulations symétriques afin de comparer le côté pathologique au côté asymptomatique supposé sain.

En effet, lorsque la radiographie révèle une image anormale, si elle est bilatérale, il peut s’agir d’une anomalie sans signification clinique. D’autre part, les radiographies des deux articulations symétriques peuvent parfois révéler une atteinte pathologique bilatérale asymptomatique d’un côté. Cette situation est relativement fréquente, par exemple dans le cas de la coxarthrose.

Pour les membres inférieurs (en particulier le genou), les images doivent être prises en position de stress, de préférence sous charge. Lorsque le patient est debout, l’espace articulaire se comprime davantage en raison des contraintes imposées au squelette par le poids du corps. Tout pincement peut disparaître complètement lorsque le patient est déchargé, ce qui conduit à un diagnostic erroné.

Les radiographies doivent toujours être prises sous plusieurs angles différents afin d’obtenir une meilleure vue spatiale de l’articulation, mais uniquement sous les angles vraiment essentiels, afin de minimiser la dose d’exposition du patient. En plus du cliché de face en extension et du profil, le cliché de schuss est indispensable dans le bilan d’une gonarthrose pour juger d’un éventuel pincement postérieur.

O : Ostéophyte – P : Pincement
C : Condensation

Arthrose digitale bilatérale touchant les IPD et rhizarthrose bilatérale
CHU Pitié-Salpétrière – Dr. Gibert

Limites de la radiographie standard

Les signes radiologiques sont généralement présents dès les premières manifestations cliniques de l’arthrose, mais les radiographies peuvent être normales ou subnormales à un stade précoce de la maladie en raison de la lenteur de l’évolution des signes radiographiques.
Le clinicien peut alors utiliser les techniques d’imagerie modernes, qui peuvent fournir des informations sur les lésions et la structure et permettre un traitement précoce approprié.

Autres contenus disponibles

Adhésion au traitement

L’observance est l’un des principaux problèmes liés aux maladies chroniques telles que l’arthrose. Au niveau…

Prévention et traitement de l’arthrose : Une approche intégrative

Accédez à la présentation du Prof. Yves Henrotin : “Être acteur de la prévention et…

Rôle clé du surpoids et de l’obésité dans l’arthrose du genou

Cette édition explore l’influence du surpoids et de l’obésité sur l’arthrose du genou et les…
Retour en haut

Pour télécharger ce document, veuillez vous inscrire

Ce contenu n’est disponible que pour les utilisateurs enregistrés. Veuillez vous enregistrer ou accéder à votre compte pour le télécharger.